Les nostalgiques de Kadhafi en réunion à Tunis

Written by on 12 mars 2012 in S'étonner, Voter - No comments

Les derniers soutiens de Kadhafi se sont réunis, samedi 10 mars, à Tunis. Ils dénoncent le « génocide qui se produit actuellement en Libye ». Parmi les intervenants : plusieurs pro-Kadhafistes tunisiens, un prétendant au trône de France et des personnalités françaises controversées.

Une improbable coalition s'est réunie samedi 10 mars à Tunis pour parler de la situation en Libye. (photo CFJ / L.D.).

« La Libye est la cible d’un génocide », dénonce Maître Adel Ben Hassine, président du comité des droits de l’homme de l’Association des juristes et avocats de la Méditerranée (Ajam). La déclaration ne date pas d’octobre 2011 – avant la mort de Mouammar Kadhafi – mais s’adresse bien à la Libye du Conseil national de transition (CNT). Selon cet avocat tunisien installé au Maroc, les ex-rebelles libyens massacrent les membres des forces loyales au colonel Kadhafi. Vidéos de torture à l’appui, il s’emporte contre le « silence de la communauté internationale », pendant une bonne heure. La quarantaine de spectateurs, invités par le Comité international des juristes pour la Défense des Libyens opprimés et exiléshochent la tête au rythme de ses déclarations.

Ces accusations ne sont pas abusives. La commission d’enquête des Nations-Unies vient de publier un rapport de 220 pages sur le sujet. Les combattants révolutionnaires y sont accusés de poursuivre les violences à l’encontre des partisans de l’ancien régime.

  « Nous sommes les harkis des Américains »

Parmi les principaux intervenants, Béchir Essid. Ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, il assure la défense du dernier premier Ministre, Baghdadi Al Mahmoudi, détenu en Tunisie. A l’issue de son intervention, il propose une minute de silence. Un nouvel orateur lui succède à la tribune. Il ne s’agit ni plus ni moins que du Prince Sixte-Henri de Bourbon de Parme, au 39e rang dans la liste des héritiers de la couronne de France. Il s’est rendu en Libye au printemps dernier pour marquer son opposition à l’intervention de l’OTAN, fomentée, selon lui, « par les sionistes ». « Les politiques français ont tous pleurniché au moment du 11 septembre. Cela ne les a pas empêchés de se ranger du côté des rebelles libyens, qui sont pour moi les cousins germains des terroristes du World Trade Center. » L’auditoire acquiesce.

Selon le Prince, la lutte contre l’ancien régime était une erreur et il critique avec virulence l’engagement des troupes françaises. « Nous sommes les harkis des Américains », glisse à la fin de la réunion Robert Charvin, professeur de Droit à la retraite, auteur d’une apologie de feu Mouammar Kadhafi et défenseur du régime nord-coréen.

Un Libyen, bloqué à Tunis, exhibe un poster à l'effigie du colonel Kadhafi (photo CFJ/ L.D.).

Un poster du Guide Suprême surgit alors de l’assemblée. Un Libyen, bloqué en Tunisie, a apporté son attirail pro-Kadhafi : casquette aux couleurs du pays et drapeau vert. Le visage grave, il pose face aux objectifs des journalistes présents. Bienvenue chez les nostalgiques de l’ancien régime.

Laurène DAYCARD

Leave a Comment